Des séquelles pulmonaires peuvent toucher les anciens malades du coronavirus, qu’ils aient plus ou moins eu de symptômes. 

Essoufflement, sifflement et toux, malgré la guérison, les poumons des personnes guéries du coronavirus peuvent encore souffrir de la maladie. “Il n’y a pas besoin d’avoir fait une forme sévère pour avoir des séquelles”, alerte Chantal Hérisson, professeure en pneumologie. 

Si les séquelles sont détectées tôt, les patients peuvent bénéficier d’une prise en charge adaptée et rapide pour retrouver toutes leurs capacités respiratoires. “On a pu voir notamment que les patients qui étaient pris en charge avec ce qu’on appelle une réhabilitation à l’exercice, avaient une amélioration de leur capacité respiratoire. Il n’y a pas de fatalité”, assure Chantal Hérisson sur franceinfo.

De nouveaux symptômes après une période de rémission

Le 15 juillet, l’Académie de médecine avait fait remarquer que “chez les malades les plus sévèrement atteints, les séquelles sont une menace réelle dont l’importance reste mal évaluée”. De plus, elle avait constaté des atteintes éventuelles aux poumons, cœur, reins et au système nerveux. Ces cas devant bénéficier d’une surveillance et d’une rééducation prolongée. 

L’institution notait également “de nouveaux symptômes après une période de rémission”, allant du malaise général à de la perte de mémoire ou encore à de la tachycardie. 

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici