Réduits à l’inactivité par le confinement, les profs de tennis des P.-O. militent pour la réouverture des clubs. “Parce que le sport, c’est aussi la santé”, ils appellent à un don du sang. “Un geste citoyen”.

Sport et santé. Deux mots bousculés en pleine crise sanitaire. Deux mots que veulent réconcilier les professeurs de tennis des Pyrénées-Orientales. Les clubs, et donc leurs activités, sont en sommeil depuis le début du reconfinement. Conséquences : une perte de licenciés, “comprise entre 3 et 15% selon les structures”, et une perte de revenus pour les enseignants, surtout les non-salariés exclus du dispositif de chômage partiel. 

À l’initiative de Marc Homs et de Luc Granara, une quinzaine de professionnels de la petite balle jaune décide de monter au filet à trois jours de l’intervention d’Emmanuel Macron. “On veut faire entendre la voix du sport et du tennis et se montrer solidaire avec le monde médical”, résume Marc Homs. “Nous appelons donc tous nos licenciés, et au-delà tous les amoureux du sport, à donner leur sang. C’est simple, il suffit d’appeler au 0800 972 100 et de se rapprocher de l’Etablissement du sang de Perpignan. On sait que le sang manque, alors mobilisons-nous pour dire notre motivation”.

“Nous attendons que le Président de la république annonce la reprise des activités sportives, au moins pour les jeunes, au 1er décembre. C’est essentiel. Par nature, le tennis est un sport de distance, de chaque côté du filet. Il se joue à un contre un ou en double. Rouvrons les clubs en plein air, c’est moins dangereux que les classes ou les cantines en lieux clos”, motivent-ils. “Lors du premier reconfinement, aucun cluster n’a été détecté dans les clubs de tennis. Nous savons faire respecter les protocoles sanitaires”.

Et de conclure : “Il faut, et il faudra dans l’avenir, plus que jamais lier sport et santé. Et ne pas les opposer. Mais, dans toutes prises de paroles, le sport amateur est quasiment oublié. Nous ne pouvons pas rester comme cela, plus longtemps dans le flou. On attend des réponses claires”.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici