L’étau du Covid-19 s’est resserré un peu plus autour du maillot jaune du Tour de France, le Slovène Tadej Pogacar, qui a perdu mardi matin 12 juillet pour ce motif un deuxième équipier, le Néo-Zélandais George Bennett, avant la 10e étape à Morzine.

Pogacar avait déjà vu partir samedi matin le Norvégien Vegard Stake Laengen au sein de la formation UAE qui comptait huit coureurs au départ de l’épreuve comme ses rivales. Au lendemain de l’annonce de tests tous négatifs dimanche soir pour les concurrents du Tour, deux coureurs ont eu un résultat contraire. L’Australien Luke Durbridge (BikeExchange), qui présente de légers symptômes, a lui aussi quitté la course. Les Français Geoffrey Bouchard et Guillaume Martin ont dû partir du Tour pour cette raison le week-end dernier. En sus des contrôles réglementaires pratiqués par l’Union cycliste internationale (UCI), conformément au protocole révisé fin juin, les différentes équipes procèdent fréquemment à des tests en interne. Chaque jour pour certaines, à intervalle de deux-trois jours pour les autres.

A lire aussi : Tour de France : abandon de Luke Durbridge, positif au covid

Le covid peut tout ruiner

« On se teste tous les trois jours, certains tous les deux jours même », déclarait Pogacar samedi après le départ de Laengen. « C’est vraiment une situation préoccupante. Le covid peut tout ruiner sur le Tour ». « Cette pandémie est là et malheureusement nous ne sommes pas épargnés », estimait le maillot jaune et favori du Tour. « Nous ne pouvons pas risquer de courir malades alors il faut prendre cela au sérieux. Nous sommes tous les jours sur la route. En montagne, il y a beaucoup de monde qui crie des encouragements. C’est quelque chose que j’aime beaucoup mais qui augmente les possibilités d’être infecté par le virus ».

A lire aussi : Tour de France : testé positif au Covid, le Français Guillaume Martin n’a pas pris le départ de l’étape du jour et abandonne

À la suite de la cascade d’abandons enregistrée au Tour de Suisse à la mi-juin, le protocole anti-covid a été actualisé avant le début du Tour par l’Union cycliste internationale (UCI). En cas de positivité, le protocole prévoit que « la décision d’isolement éventuelle sera prise de manière collégiale par le médecin de l’équipe concernée, le médecin Covid-19 de l’épreuve et le directeur médical de l’UCI ». Après les premiers cas, plusieurs patrons d’équipes, notamment Marc Madiot (Groupama-FDJ), ont demandé des mesures supplémentaires aux organisateurs pour réduire les risques.

A lire aussi : Tour de France : Ben O’Connor, blessé, abandonne

Avant le départ de Copenhague, le directeur du Tour Christian Prudhomme avait invité les coureurs du Tour à éviter autographes et selfies. Mais, sur le Tour, le port du masque n’est obligatoire que pour les accrédités qui ont affaire aux coureurs. « Il y a un décalage entre la vie en général, avec les gens qui mettent le covid un peu derrière, et la nécessité de faire plus attention sur le Tour », reconnaissait le directeur du Tour lundi lors de la journée de repos. Si des équipes appellent à des mesures plus strictes, leurs invités quotidiens sont loin cependant de porter tous un masque, a constaté samedi un journaliste de l’AFP présent sur la course.

A lire aussi : Tour de France – Les Alpes, sans les cols : une étape pour les baroudeurs

A lire aussi : Tour de France : Romain Bardet avance masqué à l’attaque des Alpes

A lire aussi : Tour de France : Pogacar et le peloton au pied des Grandes Alpes, en attendant le Galibier et l’Alpe d’Huez

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici