Rosas, Barcelone, deux plages deux ambiances. Dans la capitale catalane, les plages ont vu beaucoup de monde à leur réouverture. Trop de monde pour certains qui craignent une seconde vague épidémique dans la région.

Ça ne peut pas se passer comme ça ! En aucune manière ». Le coup de gueule du chef du service d’épidémiologie à l’Hospital Clinic de Barcelone, établissement de santé catalan réputé où ont été hospitalisés, dès le 26 février, les premiers cas de Covid-19 a retenti dans toute la Catalogne. Au cours d’une intervention remarquée sur Catalunya Radio, Antoni Trilla s’est alarmé : « On a vu des rassemblements et des gens qui ne respectaient pas les règles ». Selon lui, ce genre de situations est propice à une contagion accélérée.

« Les gens ne respectent pas les règles », peste l’épidémiologiste. La mairie fait machine arrière

Ouvertes, par tranches horaires, à différentes catégories de Barcelonais (le matin aux sportifs et promeneurs adultes, à l’heure du déjeuner et le soir aux personnes âgées…), les plages de la ville ont vite connu une forte affluence. Qui trouve son explication dans la possibilité de s’allonger, alors, sur le sable, à condition de se tenir à 2 mètres du voisin. Mais aussi du fait d’un confinement très strict de l’autre côté des Pyrénées où, sortir se dégourdir les jambes était impossible hors courses alimentaires (à effectuer seul), tout comme sortir avec les enfants, grands ou petits ! Résultat assez prévisible : trop de monde trop proche et une municipalité contrainte de vite faire machine arrière. Dès hier, donc, il était à nouveau interdit de s’allonger pour faire bronzette.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici