Les nouvelles mesures de freinage sont entrées en vigueur ce dimanche soir à 23h et jusqu’au 2 août. L’Indépendant a accompagné les noctambules lors de cette nouvelle première soirée de restrictions. 

Face à l’explosion des cas du variant Delta dans les Pyrénées-Orientales, le préfet, Etienne Stoskopf a pris, cette semaine, des mesures de freinage fortes. Après le retour du masque obligatoire dans l’espace public et l’interdiction de consommer de l’alcool sur la voie publique, c’est un “mini couvre-feu” qui était imposé aux habitants et vacanciers des Pyrénées-Orientales avec la fermeture anticipée des bars, restaurants et clubs de plage à 23 heures.

Seules les discothèques – qui appliquent déjà le pass sanitaire – pouvaient rester ouvertes. Pour cela, les noctambules devaient présenter une preuve de vaccination  ou un test PCR négatif ou encore une preuve de rétablissement au covid de moins de six mois. Et, au regard de ce qu’il s’est passé ce dimanche soir, force est de constater que cela fonctionne efficacement. 

Un peu plus tôt,  à Perpignan,  la fermeture anticipée a été très sage, comme un dimanche normal en somme. 

Sur la côte, là aussi, les consignes ont été respectées. L’horloge sonnait tout juste 23h que bars, restaurants et clubs de plage fermaient leurs portes.

Quant à la “frontière” avec l’Aude, elle n’était pas prise d’assaut même si les clubs de plage de Leucate, limitrophes de la zone “interdite”, notaient toutefois un surcroît d’activité. Une noctambule perpignanaise expliquait juste avoir passé la soirée dans l’Aude “parce que chez nous, tout ferme à 23h”. 

Le reportage plus complet est à retrouver dans la journée sur lindependant.fr et dans L’Indépendant du mardi 20 juillet.

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici