Deux nouvelles fêtes illégales se sont déroulées à Londres, ce jeudi soir. Si la première a été dispersée sans encombre grâce à d’importants effectifs déployés sur place, la deuxième a été marquée par des attaques envers les forces de police, victimes, entre autres, de jets d’objets en tous genres. 

De la fête au cauchemar. Mercredi soir, des scènes choquantes relayées par les réseaux sociaux ont montré des centaines de fêtards rassemblés dans le quartier de Brixton, au sud de Londres. Faisant fi des mesures de distanciation sociale afin de contenir l’épidémie de coronavirus. La police est alors intervenue afin de disperser tout de monde. Jusqu’à ce que de violents incidents n’éclatent. Bilan des courses : 22 policiers blessés. 

Bis repetita ce jeudi. Plusieurs médias font état de plusieurs fêtes illégales la nuit dernière. La première à Streatham Common, toujours au sud de Londres. Où d’importants effectifs de police ont été déployés afin de disperser la “rave”. 

#bbcqt Move on from lockdown? Allow people to make decisions on how to proceed from here. Many moved where I live. Look at Streatham Common this evening at sunset. Ridiculous. Neighbouring Brixton last night too. pic.twitter.com/CCIW7PIvB7

— Goran (@Goran71913876) June 25, 2020

Brigade anti-émeutes

La deuxième, à Notting Hill (dans le centre). Là où la situation s’est avérée bien plus tendue. En effet, plusieurs médias rapportent que la police a été la cible d’attaques de la part des fêtards. La brigade anti-émeutes a même été appelée en renforts. 

#Kensington
Met Police have come under attack in a second night of violence – objects were pelted at officers during an illegal street party in #NottingHill.

The party was held near Portobello Road, W11. Revellers were eventually dispersed by 02:00 this morning. pic.twitter.com/08XwoEzE9n

— London 999 Feed (@999London) June 26, 2020

Source sur l’indépendant

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici